Au XVème siècle, la technique de fabrication du papier est arrivée à Grandrif. Une papeterie y a été installée. Mais une papeterie a besoin de beaucoup d’eau pour faire le papier et fournir la puissance aux machines. Il est vite apparu que le débit du ruisseau était insuffisant. Ce fut ainsi que le propriétaire du moulin à papier monta jusqu'au Col des Pradeaux et détourna un cours d’eau qui alimentait l'Ance.
Vous ne serez pas étonnés d'apprendre que cette action souleva la colère des riverains de l’Ance. Deux siècles plus tard, notamment, le Seigneur de la Roue se rendit au Col des Pradeaux avec quelques hommes et rétablit le cours naturel du ruisseau.

Le propriétaire de la papeterie décida de porter l’affaire à Paris. « Quelle chance a-t-il contre le puissant  Seigneur de la Roue? » pourriez-vous raisonnablement vous demander.


Sachez qu’au XVIIème siècle, le verre à vitres était très cher. Mais, si vous avez déjà renversé de la graisse sur un morceau de papier, vous avez observé qu’il devient alors transparent. Eh bien, à cette époque, le papier couvert de suif était fortement apprécié à Paris où on l’utilisait pour les fenêtres. C'était bien un problème qui concernait Paris et les Parisiens, et même le roi Louis XIV puisqu’il percevait un droit sur la fabrication de ce papier. Devinez d'où venait alors le meilleur papier à fenêtres. Exactement ! Ainsi, en 1678, le Seigneur de la Roue a perdu sa cause au bénéfice du producteur de cet article essentiel. Depuis, le ruisseau dévié continue de couler à Grandrif. Bien que, comme le montre la photo, pas en totalité.